Je dédie se site à ma petite fille chérie qui est partie bien trop tôt pour son dernier voyage le 10 janvier 2002 à l' âge de 26 ans

14-11-04

Ma maman

21 septembre 1932 - 14 novembre 2004

mamie2
Ma Maman

Ce fut une maman comme chaque enfant devrait en avoir une , bonne, patiente et aimante, elle me manque énormément.
Ce fut aussi une Grand-Mère qui adorait ses petits enfants.
J'avais demandé à mon fils Loïc de dire quelques mots sur elle lors de son enterrement voici ce qu'il avait écrit

On m'a demandé d'écrire l'éloge funèbre de ma grand-mère et j'avoue qu'il est un peu difficile d'exposer simplement toute la somme de choses qui font qu'on aime une personne et qu'on la trouve formidable.
J'ai plutôt envie de faire part de l'impression générale que j'ai lorsque je songe à elle : c'est celle d'une personne avec laquelle j'aimais rire car, en y réfléchissant, elle avait beaucoup d'humour. C'était une personne qui prenait le temps de s'asseoir à côté de moi et qui me demandait quels étaient mes projets, mes ambitions et mes rêves. Et je crois qu'elle faisait cela avec chacun de ses petits-enfants espérant pour chacun de nous une vie riche en événements.
Elle me faisait aussi part d'une foule d'anecdotes sur son enfance, sa vie de mère, ses voyages et toutes les histoires drôles auxquelles elle avait été confrontée. C'était ma grand-mère chérie qui aimait regarder la formule 1 chaque dimanche.
Parmi la foule d'anecdotes qu'elle m'a raconté, je me souviendrai toujours comment elle m'a décrit son enfance durant la seconde guerre mondiale.
Ce n' était pas des souvenirs tristes ou apeurés, au contraire, ce fut pour elle une période de liberté où elle s'était amusée. Elle m'avait conté quelques unes de ses aventures magnifiques à travers la campagne et les bois de son
village natal. En fait elle m'a fait voir qu'au cour de la plus terrible tourmente, il demeure toujours le rire et la vie.
Quelqu'un m'a dit récemment qu'on était peu de choses mais je crois qu'on est beaucoup dans le coeur des gens qui nous côtoient et ceci est peut-être la plus belle des immortalités.
Pour conclure et pour souhaiter à ma grand-mère bon voyage vers les rivages éternellement ensoleillés où elle s'en est allée, j'aimerais lire un extrait du Prophète, une oeuvre de Khalil Gibran :



Vous voudriez percer le secret de la mort, mais comment y parvenir sans aller le chercher au cœur de la vie ?
Le hibou qui vit à l'orée de la nuit est aveugle au jour ; ses yeux ne peuvent dévoiler le mystère de la lumière.
Si vous brûlez de voir l'esprit de la mort, ouvrez grand votre cœur dans le corps de la vie. Car la vie et la mort ne font qu'un, comme ne font qu'un la rivière et la mer.
Dans les profondeurs de vos espoirs et de vos désirs sommeille votre silencieuse connaissance de l'au-delà ; De même que la semence rêve sous la neige, votre cour rêve des épousailles du printemps. Ayez confiance en vos rêves, car en eux sont cachés les clés de l'éternité.
Votre effroi face à la mort n'est que ce tremblement du berger lorsque le roi lui fait l'honneur de le recevoir et s'apprête à poser la main sur sa tête. Or, en allant recevoir l'insigne du roi, le berger ne sait-il pas qu'un frisson de joie s'éveille déjà sous sa peur ?
Qu'est-ce donc que mourir si ce n'est s'offrir nu au vent et s'évaporer au soleil ? Et cesser de respirer, n'est-ce pas libérer le souffle de ses perpétuelles marées, afin de s'élever sans le poids de la chair et de s'exhaler à la recherche de Dieu ?
Quand vous aurez bu à la rivière du silence, alors seulement vous saurez véritablement chanter. Et lorsque vous aurez atteint le sommet de la montagne, vous commencerez à monter. Et dès lors que la terre aura réclamé votre corps, vous saurez enfin danser.

 

barrecoeur

Posté par mirose à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Ma maman

Nouveau commentaire