Je dédie se site à ma petite fille chérie qui est partie bien trop tôt pour son dernier voyage le 10 janvier 2002 à l' âge de 26 ans

30-11-12

recompense

liette m' a décerné ses coeurs en diamants , que c' est gentil , allez faire un tour sur son sitehttp://sous-mon-toit.com  c'est un très joli site

coeurdiamante2

Posté par mirose à 10:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


27-11-12

Hommage à Christian du club positif

Je m' était inscrite ils y a de nombreuses années au club positif et régulièrement je recevais dans ma boite au lettre des messages ou des histoires qu' en parti , je mettais sur le blog avec la permission de son auteur , j' adore ces ecrits , de part leur contenu constructif et plein d' espoir et cela me remontait souvent le moral, mais ce matin j' ai eu un bien triste email , je cite:

" Nous, Emilia sa chère femme depuis 17 ans, ses enfants, ses proches et ses collaborateurs avons la douleur de vous annoncer le décèsde Christian.Il s'est éteint, le 17 novembre 2012 à Miami,suite à une crise cardiaque, Emilia à ses côtés
  Christian ne laissait personne indifférent.Il émanait de lui de la bonté, de la bienveillance,de la gentillesse et de la compréhension.
Il avait l'esprit ouvert et ne jugeait pas,mais essayait de comprendre avant tout.
  Son intelligence, sa créativité, son intuition sont des sources d'inspiration infinies. Il voyait toujours des opportunités où d'autres voient des obstacles. Il était optimiste, enjoué, dynamique et sa joie, son enthousiasme et ses rires étaient tellement communicatifs...   On se sentait bien auprès de lui.  Amoureux de la vie, capable de s'émerveiller à chaque découverte et expérience, son grand coeur,sa générosité, sa fidélité et sa disponibilité sont autant de qualités qu'il possédait, qui nous touchaient et qui nous manqueront.
  Il est parti mais il continuera à vivre avec toutes ces qualités au travers de ses oeuvres  et du Club Positif et dans notre coeur à tous pour toujours."
 Et bien je suis bien d' accord avec cette description , je ne le connaissais pas personnellement, mais a travers les emails que je recevais régulièrement  je devinais cet homme sympathique et généreux , je lui souhaite d' autres aventures et rencontre positives au pays des songes éternelles .
Bon voyage Christian

Posté par mirose à 10:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

27-10-12

Le Diamant et la rosée

 Un beau diamant, tombé des mains d'une princesse gisait  dans un pré. Juste au-dessus de lui, brillait une goutte  de rosée, timidement accrochée à un brin d'herbe.
Le soleil les faisait étinceler et la modeste goutte de  rosée admirait la pierre de noble origine. Un gros scarabée  en promenade reconnut dans le diamant un personnage de  haute origine.
  - Seigneur, mes hommages.
 - Merci mon bon, répondit le diamant avec hauteur.
    En relevant la tête, le scarabée aperçut la goutte  de rosée.
   - Une de vos parentes, je présume ? Et il s'inclina  une seconde fois.
     Le diamant partit d'un éclat de rire méprisant.
     - Quelle absurdité ! Déclara-t-il. Me mettre, moi,  sur le même rang qu'un être vulgaire !
     Sa beauté n'est qu'imitation : elle brille mais  ne dure pas. Et le diamant lança de tels feux que  le scarabée fut ébloui. La pauvre goutte de rosée  était humiliée.
    C'est alors qu'une alouette descendit en flèche et vint  donner du bec contre le diamant.
     - Ah ! fit-elle désappointée, ce que je prenais pour  une goutte d'eau n'est qu'un misérable diamant. Mon gosier  est desséché, je vais mourir de soif.
    - Une de plus ou de moins... ricana le diamant.
     Mais la goutte de rosée venait de prendre une noble  résolution.
     - Puis-je vous être utile, moi ? demanda-t-elle.  L'alouette releva la tête.
    - Oh! ma précieuse amie, vous me sauveriez la vie.
    - Venez, alors.
     Et la goutte de rosée glissa du brin d'herbe dans le  gosier altéré de l'alouette.
     Voilà une leçon que je n'oublierai pas pensa le scarabée  en reprenant sa promenade. Le simple mérite vaut plus que  le rang et la richesse sans modestie et sans dévouement.  Il ne peut y avoir aucune réelle beauté sans cela.

Posté par mirose à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18-10-12

l' or ou le diamant

L'or est le métal le plus précieux au monde parce que, c'est aussi l'un des plus rares. Cependant, on ne ramasse pas d'or pur en se baissant, jamais on ne trouve une pépite  étincelante, cachée comme un oeuf de pâques entre les herbes.
L'or est là, il existe, la terre le produit sans effort,  mais c'est à l'homme de le dégrossir, d'en révéler la beauté.
Comment ? Par l'épreuve du feu. Pour débarrasser l'or de ses impuretés naturelles, on le brûle. La matière ainsi calcinée se trouve purgée de ses imperfections. Ainsi, la nature contient des trésors, métaux et pierres précieuses, mais c'est à l'homme de travailler sur les éléments bruts pour en
façonner la beauté.
 Avez vous pensé que vous étiez comme l'or ou un diamant brut ? La nature vous a gâté : elle a fait de vous une beauté à l'état brut, mais elle a créé en même temps les épreuves qui vous permettront de façonner votre véritable identité, de vous purifier. Rien ne forgera votre caractère ou affermira votre identité autant que l'adversité.
 A vous de trouver le degré de chaleur nécessaire pour faire fondre les impuretés qui entravent votre beauté ?
 Personne n'investit sans espérer un retour sur son investissement. A vous de faire le nécessaire pour protéger l'investissement que la nature a fait en pariant
  sur vous !

Posté par mirose à 13:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

12-09-12

écoute

     
    Je me suis marié en mai. Un dimanche. Un peu par défi,
  pour ne rien faire comme les autres. Une semaine avant,
  j'avais invité le prêtre, un ami, à mon enterrement de
  vie de garçon. Au milieu de la nuit, un peu émechés,
  nous sommes sortis sur la terrasse du restaurant, face
  à la mer.
 
    Je lui ai demandé : "alors mon père, un conseil
  avant le grand saut ?" Il m'a regardé et m'a dit : "Oui.
  Ne pousse pas l'originalité et l'anticonformisme jusqu'à
  nier les vieilles recettes qui fonctionnent. Tu veux que
  ton couple dure ? Alors écoute chaque mot que prononcera
  ta femme."
 
    Sept années ont passé. Si vite. Nous avons eu un enfant.
  Notre lot de joies et de peines. Puis notre amour, sans
  que j'y prenne garde, s'est émoussé. Je n'avais pas oublié
  le conseil de mon ami prêtre, mais il me semblait que
  je connaissais ma femme presque aussi bien que moi et que
  j'aurais pu prévoir chacune de ses paroles avant même
  qu'elle n'ait franchi le seuil de sa bouche. C'était
  décevant.
 
    Un soir, je suis retourné voir celui que, par dérision,
  j'appelais, Mon Père. Je lui expliquais la situation et
  lui demandai son avis. "J'écoute chaque mot qu'elle prononce,
  mais je ne vois pas ce que ça change."
 
    Mon ami se servit un verre et remplit le mien. En
  faisant tinter les glaçons il me regarda : "Tu n'as fait
  que la moitié du chemin. Maintenant retourne chez toi et
  écoute chaque mot que ta femme ne prononce pas."

Posté par mirose à 11:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


28-03-12

Un homme

Une copinette nous a mis cela sur un forum , et bien j' ai voulu vous en faire profiter merci a tou Malou

Un homme de 92 ans, petit, très fier, habillé et bien rasé tous les matins à 8h, avec ses cheveux parfaitement coiffés, malgré qu'il soit  aveugle, déménage dans un foyer pour personnes âgées.

Sa femme de 70 ans est décédée récemment, ce qui l'oblige à quitter sa maison. Après plusieurs heures d'attente, il sourit gentiment lorsqu'on lui dit que sa chambre est prête.

Comme il se rendait jusqu'à l'ascenseur avec sa marchette, je lui fis une description visuelle de sa petite chambre, incluant le drap suspendu à sa fenêtre servant de rideau.
- Je l'aime beaucoup, dit-il avec l'enthousiasme d'un petit garçon de 8 ans qui vient d'avoir un nouveau petit chien.
- M. Gagné, vous n'avez pas encore vu la chambre, attendez un peu.

" Cela n'a rien à voir, a-t-il répondu. Le bonheur est quelque chose que tu décides à l'avance. Que j'aime ma chambre ou pas ne dépend pas des meubles ou de la décoration, ça dépend plutôt de la façon dont moi je les perçois. C'est déjà décidé dans ma tête que j'aime ma chambre.

C'est une décision que je prends tous les matins à mon réveil. J'ai le choix, je peux passer la journée au lit en comptant les difficultés que j'ai avec les parties de mon corps qui ne fonctionnent plus, ou me lever et remercier le ciel pour celles qui fonctionnent encore. Chaque jour est un cadeau, et aussi longtemps que je pourrai ouvrir mes yeux je m'intéresserai au nouveau jour et à tous les souvenirs heureux que j'ai amassé tout au long de ma vie.

La vieillesse est comme un compte en banque. Tu retires de ce que tu as amassé. A nous de déposer beaucoup de bonheur dans notre compte en banque des souvenirs. "

Merci à toutes et à tous de m'aider à déposer chaque jour un peu plus de bonheur dans mon compte en banque de souvenirs ! 

Posté par mirose à 13:22 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

06-02-12

Bon anniversaire

Aujourd'hui , ma puce à 36 ans, non non je ne suis pas triste , bon ok peut- être un tout petit peu , c'est un grand jour , un jour de joie , ,
la chance de l' avoir porté , de l' avoir connu et d'avoir eu le droit de faire un petit bout de chemin avec elle

bon anniversaire ma puce, je t' aime

36

Posté par mirose à 12:24 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

02-02-12

Changer et progresser

Ole Bull, le violoniste norvégien du siècle dernier, avait étudié
  avec de bons professeurs, mais pas d'excellents professeurs.
 
    Il était si doué qu'il décrocha, à 25 ans, une tournée européenne.
 
    Arrivé à Milan, un critique écrivit, après avoir assisté à son
  concert :
 
    "C'est un musicien qui manque encore de formation. Certes, c'est
  un diamant, mais pour l'instant il n'est ni taillé ni poli."
 
    Lisant cette critique, il accusa le coup.
 
    Puis il se leva, se rendit au siège du journal, et demanda à
  parler au journaliste. C'était un musicologue de 70 ans, qui
  savait de quoi il parlait.
 
    Ole Bull écouta dans le détail tout ce que cet homme avait à
  dire sur son jeu, sur ses erreurs, sur ce qu'il pouvait encore
  améliorer.
 
    Le lendemain, il annula le reste de sa tournée, retourna chez
  lui, changea de professeurs, et travailla son jeu pendant 6 mois.
 
    Il reprit ensuite les concerts et connut un succès sans
  précédent, toute sa vie.
 
    Nous pouvons prendre les critiques - si elles sont fondées -
  comme des atteintes à notre image, ou comme des incitations à
  changer, à progresser, à persévérer jusqu'à réussir.
 

Posté par mirose à 12:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10-01-12

Ou es- tu que fais-tu ?

 

6

cette belle chanson écrite par Jean-Claude Gianadda,
le troubadour du bon Dieu , est pour toi ma puce

 ou es tu ?

Je n'aurais jamais cru dire un jour .... 10 ans déjà ....
et pourtant c'est comme si tu nous avais quittés hier mon ange
Le chagrin est toujours là , et il fait toujours aussi mal
même si je le cache tout au fond de mon coeur

Je t' aime ma puce

 

 003

 

 

 

Posté par mirose à 08:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

09-01-12

Un laboureur

 

  Un laboureur entend un bruit bizarre sous le soc de sa charrue.     Il va voir, et déterre un coffre rempli de pièces d'or.
 
    Une fortune pour lui ! Il l'enterre au fond de son jardin. Qu'en  faire ? Il imagine quantité d'achats possible et décide finalement...
  de ne rien décider. Ce coffre de pièce d'or, ce trésor sera sa  sécurité en cas de coup dur.
 
    Et cette sécurité change son caractère : de tendu, le voilà relaxé,  de grincheux il devient aimable, d'intolérant il devient tolérant...
    ... Il vit une belle vie, heureuse, sachant que quoiqu'il lui  arrive de matériel, il pourra faire face.
 
    Sa dernière heure arrive, avant d'expirer, il réunit autour de lui  ses enfants et leur livre son secret. Puis il meurt.
 
    Le lendemain, ils creusent à l'endroit indiqué, et trouvent le coffre,  mais... il est VIDE !
    Le laboureur s'était fait voler son or des dizaines d'années  auparavant !
 
    Ce qui est intéressant dans cette histoire, c'est de voir que  ce n'est pas le fait d'être riche qui lui donnait de la sécurité  et du bonheur, mais l'IDEE qu'il en avait.    Non pas le fait lui-même mais son interprétation. 
   Lorsque vous avez une idée qui vous fait du mal, pensez à cette  histoire. Est-ce vraiment le fait lui-même qui vous fait du mal,  ou les pensées que vous lui accordez ?

texte du site http://www.club-positif.com/fr/index.html avec la permission de ce dernier

Posté par mirose à 11:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]